ANACR / Résistantialisme : vers “une Journée nationale” pour les assassins

L’ANACR, prurit du parti des assassins (PCF) embrigade les masses avec l’appui du gouvernement français :

http://www.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/anacr-vers-une-journee-de-la-resistance-le-27-mai-22-01-2013-1978887.php

L’Association nationale des amis et anciens combattants de la Résistance (Anacr), qui milite pour l’instauration d’une Journée nationale de la Résistance, est en passe d’obtenir gain de cause. Le Bégarrois Pierre Martin, coprésident national de l’association, a annoncé, dimanche, à l’assemblée générale du comité lannionnais qu’après une rencontre avec le ministre Kader Arif, un projet de loi serait déposé pour fixer cette journée au 27 mai, date anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance en 1943.

Rappel du Réseau JORD Kadoudal :

Circulaire du 16 octobre 1943 adressée d’ALGER par le Secrétariat Général des Mouvements Unis de Résistance (M.U.R) aux Comités Départementaux de Libération (extraits):

“Le jour J sera la crise décisive qui doit amener non seulement la libération du territoire ,mais encore et surtout la disparition et le châtiment du régime de Vichy et de ses complices.

L’insurrection à pour but de garantir l’élimination, en quelques heures de tous les fonctionnaires d’autorité, de garantir en quelques heures la répression de la trahison conformément aux légitimes aspirations de représailles des militants de la Résistance.

Pendant la période insurrectionnelle,les comités disposeront d’une véritable délégation, au nom du Peuple Français et du Comité National de Libération, et de la souveraineté de l’Etat.

Ils prendront les mesures révolutionnaires de répression de la trahison. Même si les conditions étaient telles que, par l’écroulement spontané du gouvernement de Vichy, la transmission des pouvoirs au Comité National de Libération puisse se faire sans violence, il serait outrageant pour le peuple français d’imaginer l’absence de tout soulèvement de masse armé d’une juste volonté de vengeance.

Jamais de mots d’ordre de modération ne devront être donnés.

L’insurrection triomphante doit s’occuper d’abord de l’élimination des éléments hostiles.

Ils doivent être immédiatement arrêtés ou abattus en cas de résistance. ( en ce qui concerne ) les fonctionnaires d’autorité vichyssoise, des collaborateurs notoires (…) le plan d’insurrection doit comporter une liste complète de ces individus, avec adresse personnelle, bureau, propriété à la campagne en cas de fuite.

Tous les journaux, à des degrés plus ou moins nets, ont trahi : empêcher leur parution est une œuvre de salubrité publique. Il faut prévoir l’occupation des imprimeries.

Toute la période précédant l’insurrection devra être marquée par une intensification progressive des exécutions de traîtres.

La question se pose de savoir s’il est souhaitable que l’insurrection triomphante soit marquée par des exécutions sans jugement. Les avis sont partagés. Dès maintenant, dans chaque département, on dressera une liste des traîtres les plus notoires dont l’exécution sommaire sera considérée par toute la population comme un acte de justice. Ces listes, avec exposé des motifs, seront adressées par l’intermédiaire des Régions aux Centres respectifs pour accord. Après accord, les incriminés seront immédiatement exécutés.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *